Tous les articles dans octobre 2018

La Folle journée de l’architecture – Patrimoine et architecture

La Folle journée de l’architecture – Patrimoine et architecture

Le 20 octobre

à Grande Halle Renaissance Nancy L’Octroi

Organisée par l’école d’architecture de Nancy, ce temps fort des journées nationales de l’architecture invite le grand public, les petits comme les grands, à «venir jouer à l’architecte» à travers des ateliers ludiques et pédagogiques.

Patrimoine et architecture est le thème de la 10e édition de La Folle journée de l’architecture qui installe une nouvelle fois ses ateliers ludiques d’expérimentation à la Grande Halle Renaissance.

L’école nationale supérieure d’architecture de Nancy invite une nouvelle fois le grand public à « venir jouer à l’architecte » et à partager un moment de découverte en famille.

La thématique de cette année « Architecture et Patrimoine » inspire les jeunes diplômés du collectif Hobo en charge de la scénographie de 2018 pour imaginer près de 30 ateliers ludiques et poétiques…et parfois décalés. Qu’il soit perçu comme une ruine ou un trésor, le patrimoine est défini par le regard qu’on lui porte et n’est pas figé : il est vivant. Les scénographes développeront le thème du patrimoine au plus proche de chez soi pour (re) découvrir les architectures de son territoire, ou en parcourant l’Europe pour explorer des architectures ancestrales ou innovantes, et solliciteront les sciences, les sens et l’imagination de tous.

Maquettes, dessins, jeux, parcours, expérimentations, expériences virtuelles, constructions géantes… sont autant de pièces à assembler et de défis qu’il faudra relever en s’amusant.

Nancy Jazz Poursuite lance les festivités

Nancy Jazz Poursuite lance les festivités

En coup d’envoi du festival, NJP organise son traditionnel Nancy Jazz Poursuite. Plus d’une vingtaine de concerts gratuits et éclectiques sont proposés, samedi 6 octobre, dans les bars et brasseries de Nancy.

Programme
Samedi 6 octobre

  • The Holly Buddies (Rock’n’roll / Grand Est)
    L’Échanson / 9 rue de la Primatiale / 18h30
  • DosPaVos (Cubain / Grand Est)
    La Cantina / 18 Grande Rue / 19h
  • Ginger H. (Pop / Grand Est)
    Sisco Restôbar / 11 rue des Maréchaux / 19h
  • Boboundé (Dj / Soul-Funk-Jazz / Grand Est)
    Le Petit Nord / 4 rue Gustave Simon / 19h
  • Eighteen Close (Rock alternatif / Grand Est)
    Little Delirium Café / 13-15 boulevard Joffre / 20h
  • El4ctric (Jazz Fusion / France-Israel)
    Café Leffe / 3 rue Crampel / 20h
  • 3/4 Jazz (Jazz / Grand Est)
    La Quincaillerie / 2 rue Saint-Nicolas / 20h
  • Barbara Bouamra (Jazz / Grand Est)
    La Brasserie du marché / 2 rue du Cardinal Mathieu / 20h
  • Cash Poney Club (Electro Funk / Grand Est)
    Mekano / 10 rue de la Visitation / 20h
  • Amplifive (Soul-pop-funk / Grand Est)
    Hôtel Mercure / 11 rue Raymond Poincaré / 20h
  • Duo Nicoben (Jazz / Grand Est)
    O’Pères Peinards / 17 rue du Pont Mouja / 20h
  • Joy/Disaster (Post-Punk / Grand Est)
    Le Red Corner / 8 rue Maurice Barrès / 21h
  • Bambou (Rock / Grand Est)
    Les Berthom / 5 rue Stanislas / 21h

Le Jardin éphémère 2018

Le Jardin éphémère 2018

Japonica, du 29 septembre au 11 novembre.

2003-2018, quinze ans de jardins éphémères. Une boucle du temps, un cycle. La première édition de cet événement marquait le 30e anniversaire du jumelage entre Nancy et la ville japonaise de Kanazawa. Depuis, la place Stanislas, patrimoine mondial de l’humanité, s’habille tous les ans de végétal. Mieux, elle raconte une histoire où herbes, mousses, fleurs et arbres sont des narrateurs vivants.

En 2018, les jardiniers de la ville de Nancy s’inspirent à nouveau du pays du soleil levant. Curieux, ils observent le Japon dans ce qu’il provoque comme surprise. Ils puisent dans l’histoire, les riches traditions mais aussi dans la contemporanéité de ce pays en mouvement perpétuel. Les différences culturelles sont grandes entre nos deux pays et pourtant, lorsqu’on évoque le monde botanique, elles se gomment d’un seul geste. Les plantes nous relient intensément.

Prenons le bambou par exemple. Il est incroyable ce bambou, car même après sa mort végétale, il prodigue abri, chaleur, musique et vêtements à l’homme. Cette graminée intervient dans de très nombreux usages. En Asie, elle est étroitement liée à tous les aspects du quotidien, fait partie intégrante de la vie et de la culture. Elle renaît en barrière esthétique, en tuteur solide, en échafaudage extravagant.

La technique du yukisuri est une autre découverte. Ce haubanage des arbres est déjà en soi une œuvre de land art. L’aspect fonctionnel, rendre les branches plus résistantes au poids de la neige, se double d’une connotation esthétique évidente. Lorsque le bon rejoint le beau, l’esprit facétieux du jardin éphémère se réjouit.

Cette révélation se retrouve aussi dans la symbolique de la lanterne, omniprésente dans le jardin nippon. À Nancy, la lumière émane d’une lanterne démesurée, accrochée dans l’air comme un phare marin. Elle guide le visiteur dans les courants actuels du végétal, éclaire d’un éclat particulier FarmBot, le robot jardinier.

Avec ce fil rouge d’Extrême-Orient les jardiniers de Nancy ont tissé eux-mêmes Japonica. Pour célébrer le 45e anniversaire du jumelage avec Kanazawa, ils ont accueilli de nouveaux partenaires pour que cette fête écologique soit totale. Ces architectes et artistes démultiplient l’attrait de l’éphémère. Leur empreinte sera durable dans la mémoire du jardin.